FSV_Logo+LR2.jpg

Riviera Barracudas - c/o Edge Operations SA, Ch. de la Veyre d'en haut D8, 1806 St-Légier

histoire du water-polo

Une variante du water-polo était pratiquée en Rome ancienne. Populaire chez les légionnaires, ils le propagèrent à travers tout l'empire. Le jeu était pratiqué dans les piscines des thermes.

Il faut ensuite attendre 1869 pour voir les membres du club britannique de natation de Bournemouth pratiquer un jeu dont les règles sont assez proches du water-polo moderne. Les premières règles sont édictées en 1870 par le club de natation de Londres. En 1876, les règles sont publiées. Le premier match interclubs se tient en 1874 à Londres. Le premier match international a lieu en 1890. Il met aux prises Angleterre et Ecosse. Le premier championnat, celui d'Angleterre, débute en 1888.

.

Une version américaine du jeu se développe à partir de 1897. C'est un jeu plus violent que son homologue britannique. Les Américains pratiquent ce softball (à ne pas confondre avec le sport dérivé du baseball) jusqu'aux années 1930, mais conviennent de respecter les règles britanniques depuis 1914.

Le water-polo est un sport olympique dès 1900 pour les hommes et passe sous le contrôle de la FINA en 1911. Un championnat du monde masculin est mis en place à partir de 1913, le championnat féminin à partir de 1986, en complément de la coupe du monde féminine à laquelle elles ont accès en 1979. Les jeux olympiques ne leurs sont ouverts qu'en 2000. Les Britanniques dominent les palmarès jusqu'aux années 1920. La France, la Belgique, la Suède, la Homgrie et l’Allemagne rivalisent ensuite avec les créateurs britanniques. Après la Seconde Guerre Mondiale, l’Italie, la Yougoslavie et l’URSS viennent rejoindre l'élite mondiale.

 

Le jeu évolue, notamment sous l'impulsion des Hongrois, où il est extrêmement populaire. Dès 1928, l'entraîneur Bela Komjadi change les données techniques et tactiques en inventant la passe sèche, c’est-à-dire effectuée de sorte que le joueur en réception puisse attraper le ballon avant qu'il ne touche l'eau.

 

Principes du jeu

L'équipe

Une équipe de water-polo se compose de 7 joueurs avec 6 remplaçants. L'équipe a 1 ou 2 gardien(s) qui peuvent avoir le no 1 et le 13 pour le gardien remplaçant. Même un joueur de champ peut avoir le 13, ce joueur-là est souvent la pointe (ou l'arrière pointe/contre pointe). La pointe a le droit d'aller jusqu'à deux mètres des cages pour recevoir la balle et pour tirer, il s'agit du rôle le plus difficile. Ceux-ci peuvent entrer en jeu à tout moment à partir de leur propre zone d'exclusion (au-delà de la ligne de but), à partir du moment où l'équipe est en possession de la balle. Un gardien de but et 6 joueurs de champ évoluent dans l'eau en même temps, pour chaque équipe.

Le gardien porte le bonnet numéroté 1, de couleur rouge. Les autres joueurs portent des bonnets numérotés de 2 à 13. Le bonnet portant le numéro 13 peut être rouge également si l'équipe possède un gardien remplaçant. L'équipe qui joue à domicile porte les bonnets blancs, les visiteurs, les bonnets bleus. Les joueurs n'ont en aucun cas le droit de mettre une combinaison (faite pour la natation et qui réduit les prises au corps) et doivent porter obligatoirement deux maillots.

Le déroulement du match

Un match officiel se décompose en 4 périodes de 8 minutes chacune de jeu effectif (périodes de 8 minutes dans le cas de match de moins de 18 ans). Ces périodes sont séparées par des temps de repos de 2 minutes sauf entre les 2e et 3e périodes où le repos est de 5 minutes. Chaque équipe peut demander 1 temps mort d'une minute par période lorsqu'elle est en possession de la balle (attaque).

 

Règle des 30 secondes

Chaque équipe, dès qu'elle prend possession de la balle (interception, engagement, etc.) dispose d'au plus 30 secondes pour tirer au but. Dans ce cas (qu'il y ait but ou non, ou encore corner), le décompte de ces 30 secondes est réinitialisé. Il est également réinitialisé si un joueur de l'autre équipe est exclu. Si le décompte arrive à son terme, une faute est sifflée et la balle est donnée à l'autre équipe.

 

Les joueurs​

Tenue d'un joueur.

Les 6 joueurs de champ s'organisent habituellement en un demi-cercle, à 2-7 mètres du but adverse, avec un joueur au centre (appelé pointe ou cavalier). Ce poste est assez particulier car le joueur fait face à ses coéquipiers, et tourne donc le dos au gardien adverse. Son rôle est de récupérer une passe, souvent faite sur l'eau, à tourner son défenseur (l'arrière pointe ou contre pointe) pour se retrouver face au gardien et à tirer rapidement. Le jeu pointe/arrière pointe est très engagé et très physique puisqu'une certaine tolérance est laissée aux deux joueurs. L'arbitrage est assez difficile, puisqu'on ne voit que très peu ce qui se passe sous l'eau : à chaque match des coups sont portés à bien des reprises et il n'est pas rare de voir disparaître les deux joueurs dans une eau écumante. Lors de la demi-finale « mémorable » des Jeux Olympiques de Melbourne en 1956 qui opposa l'URSS à la Hongrie en pleine Guerre Froide, la rivalité entre les deux pays a provoqué un déchaînement de violence sur le terrain, à tel point qu'on a parlé d'une piscine ayant une teinte rouge sang.

Les fautes

Le droit de charge est autorisé sur le porteur de balle. Pratiquement, une grande liberté de manœuvre est laissée aux défenseurs pour agir sur le porteur de la balle, à l'exclusion des coups visant la tête. Il faut bien savoir que les arbitres (2 situés sur les bords du bassin) n'ont qu'une vision très limitée de ce qui se passe sous l'eau.

Les différentes fautes :

  • Faute simple. La balle doit être maniée à une seule main (sauf pour le gardien). Elle ne doit pas être sous l'eau. Le joueur ne peut s'appuyer sur aucune partie du bassin (buts, bords ou fond du bassin) pendant le temps de jeu (si un gardien s'appuie sur le bord du bassin, une pénalité est sifflée contre son équipe). Il est également interdit de frapper le ballon avec le poing (sauf pour le gardien) et de lancer de l'eau sur un adversaire.

  • Fautes graves. Une faute commise sur un attaquant dans la zone des 2 mètres est sanctionnée par une pénalité, tirée sur la ligne des 5 mètres.

  • Nager sur le dos de son adversaire, frapper son adversaire involontairement entraîne une faute grave avec exclusion de 20 secondes (à la troisième faute grave, le joueur est exclu du match définitivement et est remplacé).

  • Certaines fautes graves (par exemple la perturbation volontaire du jeu) sont sanctionnées par une Exclusion Définitive Avec remplacement (EDA) ; si la faute est plus grave (par exemple, un coup volontaire), le joueur est exclu du match, ne peut pas être remplacé par un membre de son équipe pendant 4 minutes et une pénalité est donnée à l'équipe adverse, c'est alors une Exclusion Définitive Avec pénalité (EDA+pénalté).

 

L'aire de jeu

Surface : 30 mètres par 20 mètres pour les matchs masculins (si le bassin est assez grand sinon possibilité de jouer en 25 mètres) et 25 mètres par 20 mètres pour les matchs féminins. La profondeur minimale est quant à elle fixée à 1,80 mètre.

Plusieurs lignes symbolisées par des plots, matérialisent la surface de jeu.

  • Une ligne rouge (2 mètres) : zone de hors-jeu. Un attaquant ne peut pas y pénétrer, sauf si la balle est déjà dans cette zone ou que la passe est déjà effectuée (balle aérienne).

  • Une ligne jaune (5 mètres) : zone de penalty, et à l'intérieur de laquelle on ne peut pas tirer de coup franc direct.

  • Une ligne blanche : milieu du terrain, et ligne de but dans l'alignement des poteaux.

 

Le ballon

Il est d'une circonférence comprise entre 65 et 67 cm pour les femmes, entre 68 et 71 cm pour les hommes. Son poids peut varier dans les limites de 400 à 450 grammes.

La façon de marquer

Un but est marqué quand tout le ballon a franchi entièrement la ligne de but, entre les deux poteaux de but et sous la barre transversale.

  • Un but peut être marqué de n'importe quel endroit de la surface de jeu ; mais le gardien de but n'est pas autorisé à se rendre ou toucher le ballon au-delà de la ligne de mi-distance.

  • Un but peut être marqué avec n'importe quelle partie du corps, à l'exception du poing fermé. Un but peut être marqué en nageant avec le ballon jusqu'au but. Au commencement ou au recommencement du jeu, deux joueurs au moins, à l'exception du gardien de but défenseur, doivent avoir joué ou touché intentionnellement le ballon, hormis dans le cas de mise en jeu suivant : tir de penalty ; remise en jeu expédiée directement par un joueur dans son propre but ; tir immédiat lors d'un remise en jeu depuis le but; ou tir immédiat lors d'un coup franc accordé à l'extérieur de la ligne des cinq mètres.

  • Un but sera marqué si, à l'expiration de la période de possession de 30 secondes ou à la fin d'une période, le ballon est en vol et pénètre dans le but.

  • Il est possible de poser des écrans d'autres joueurs.

Les hommes et les femmes

Les hommes et les femmes ne jouent pas ensemble dans les catégories adultes (jusqu'en cadet). Les hommes jouent plus longtemps que les femmes, les femmes ont un ballon plus petit et plus léger et (en général) un plus petit terrain.

Le jeu

Le water-polo masculin existe depuis 1870 alors que le water-polo féminin n'est apparu qu'au début du XXe siècle.

Les Jeux olympiques

Pour les hommes, le water-polo fut admis au programme olympique en 1900. Pour les femmes, le water-polo n’a été admis comme discipline olympique qu’en 2000, aux Jeux de Sydney. Avant 2000, les femmes étaient par équipes de 11 et depuis ces jeux, elles sont par équipes de 13 comme les hommes.

Ver más